Le Golfe arabo-persique en alerte

L’escalade des tensions entre Téhéran et Washington dans le Golfe, s’est brusquement accélérée ces derniers jours. Le 08 mai dernier, Téhéran, qui avait jusqu’alors respecté les termes de l’accord sur le nucléaire (JCPOA), a indiqué suspendre certains de ses engagements. Cette décision intervient un an après le retrait de la partie américaine de l’accord en question.  

Dans le même temps, Washington a renforcé le régime de sanctions pris par son administration à l’encontre de Téhéran, avant d’annoncer un renforcement de sa présence militaire au Moyen-Orient, évoquant de possibles attaques contre ses intérêts.

Le 12 mai dernier, des actes de « sabotage », non encore attribués, ont endommagé quatre navires croisant au large des côtes de Fujairah, l’un des sept émirats composant la Fédération des Émirats arabes unis. Les autorités Émiraties sont restées très vagues quant à la nature de ces actes de sabotage et à l’étendue des dégâts associés. Plusieurs hypothèses sont néanmoins avancées :

  • La possible action iranienne ou de ses proxys, les Iraniens ayant menacé de s’en prendre au trafic maritime dans le détroit d’Ormuz si leurs flux d’hydrocarbures venaient à être perturbés (comme le prévoient les nouvelles sanctions américaines). Dans ce contexte, ces actions pourraient être interprétées comme une mise en garde à l’attention tant de Washington que de Riyad et Abou Dabi. Ces derniers jours, deux attaques (l’une contre un pipeline saoudien, le 14 mai, et l’autre avec le tir d’une roquette dans la Zone verte de Bagdad, où sont situés les ambassades et bâtiments gouvernementaux, le 19 mai), pourraient avoir été perpétrées par l’Iran sans que rien ne permette de l’affirmer pour l’heure ;
  • le possible « stratagème » Saoudo-émirien pour entraîner leurs alliés Américains dans une escalade diplomatique, potentiellement accompagnée d’une réponse militaire ;
  • la possible attaque à caractère djihadiste qui semble, à cette heure, beaucoup moins crédible au regard du contexte.

Vous inscrire à notre newsletter

Recevez, chaque premier mercredi du mois, les principales actualités du Groupe Risk&Co.