Réouverture de site en zone post-conflit

Pour une ETI comme pour un grand groupe, retourner dans un pays à la suite d'un conflit ne s'improvise pas et engage l'entreprise sur de nombreux plans (investissements dans les infrastructures, enjeux légaux et réputationnels, etc.). La connaissance du nouveau contexte local et l’évaluation des risques sont des éléments dimensionnants dans la décision de réouvrir un site en zone post-conflit. Ce type de décision se fonde sur une évaluation précise et actualisée de l’état de la menace et de l'évolution des rapports de force dans le pays concerné.

Suivi et analyse du contexte local

Estimez-vous disposer d'analyses politico-sécuritaires actualisées de votre zone d'implantation depuis la fin du conflit ?

Estimez-vous connaître les évolutions du marché local dans lequel vous étiez implanté depuis la fin du conflit ?

Estimez-vous disposer de connaissances suffisantes du cadre législatif dans lequel vous êtes appelé à intervenir (extra-territorialité du droit, régime d'embargo, législation concernant le cryptage des communications) ?

Estimez-vous avoir une bonne connaissance des nouveaux acteurs et des circuits décisionnels que le conflit a fait émerger sur le marché ?

Souhaitez-vous vous associer avec de nouveaux partenaires locaux ? Avez-vous identifié les acteurs locaux susceptibles d'intervenir dans la réouverture/réhabilitation de votre site ?

Êtes-vous capable d'évaluer la qualité du réseau de ces nouveaux partenaires locaux ?

Êtes-vous capable d'évaluer l'honorabilité de ces nouveaux partenaires d'affaires (politiquement, juridiquement, médiatiquement) ?

Avez-vous identifié les impacts du conflit sur les axes logistiques (biens, personnes et matériels) menant à votre site et évalué leur niveau de sécurité ?

Avez-vous réalisé ou fait réaliser une étude préalable sur le risque IED (Engin Explosif Improvisé) et la présence de restes explosifs de guerre sur vos axes logistiques consécutifs au conflit ?

Êtes-vous en mesure de réaliser ou faire réaliser des opérations de (ré)ouverture de route et/ou d'accès au site (neutralisation de la menace IED et/ou REG) ?

Envoi de missionnaires

Estimez-vous que votre entreprise satisfait correctement à ses obligations légales à l'égard de ses employés déployés à l'étranger (article L4121-1 du Code du Travail et Jurisprudences Karachi, Abidjan et Air France)?

Avez-vous mis en place une politique et des process sûreté concernant vos missionnaires ?

Vos missionnaires reçoivent-ils une formation sur les bons réflexes à adopter et les risques relatifs à leurs déplacements?

Vos personnels déployés sur place ont-ils été sensibilisés aux risques des mines et engins explosifs consécutifs au conflit ?

Évaluez-vous les risques pesant sur vos missionnaires en mission (trajets, hébergement, lieux de visites/réunions) ?

Savez-vous traiter la cybersécurité des ordinateurs dits « postes nomades » ?

Avez-vous mis en place un dispositif d'accompagnement sécuritaire adapté aux destinations de vos missionnaires ?

Vos voyageurs sont-ils informés des évolutions du contexte politico-sécuritaire de leur zone de déploiement ?

Avez-vous mis en place un système de suivi/monitoring de la situation sécuritaire des zones de déploiement de vos missionnaires ?

Avez-vous mis en place un système informant vos voyageurs d'affaires d'une situation susceptible de les impacter ?

Remise à niveau des infrastructures

Avez-vous réalisé ou fait réaliser une étude préalable sur la possible pollution des sols par des restes d'explosifs de guerre (munitions, IED etc.) ? Êtes-vous conscient des besoins en déminage du site ?

Disposez-vous une documentation sûreté à jour (plan de sûreté, plan de continuité d'activité, procédure de crise, etc.), prenant en compte les éventuels dégâts causés par le conflit ?

Avez-vous réalisé ou fait réaliser des audits sûreté des infrastructures matérielles à la suite du conflit ?

Avez-vous identifié des solutions techniques, humaines et organisationnelles permettant de remettre à niveau la protection de votre site ? Êtes-vous en mesure d'estimer le coût associé à ces solutions ?

Avez-vous réalisé ou fait réaliser des audits de cybersécurité des installations à la suite du conflit ?

Disposez-vous d'une "task force" capable de remettre en service vos systèmes d'informations en toute sécurité ?

Disposez-vous de personnels pour vous assister dans le (re)déploiement des systèmes de protection et en assurer leur suivi ?

Disposez-vous d'un personnel pour superviser et coordonner la sûreté des travaux de réhabilitation du site (Security Manager) ?

Souhaitez-vous former un Security Manager en interne ?

Avez-vous établi des procédures de gestion de crise au niveau du Siège?

Retour des expatriés

Avez-vous évalué ou fait évaluer les risques relatifs à la (ré)ouverture des lieux de vie de vos expatriés ? Avez-vous réalisé des audits-sûreté des logements, bureaux, écoles, etc. de vos expatriés depuis la fin du conflit ?

Disposez-vous de personnels capables de superviser et de coordonner la sûreté quotidienne de vos expatriés ?

Souhaitez-vous renforcer votre infrastructure réseau locale (mails locaux, connexion Internet, liaison vers le siège) contre les risques d'espionnage industriel, et la protéger contre les intrusions ?

Vos expatriés et leurs familles bénéficient-ils d'une formation avant leur expatriation, prenant en compte les évolutions que le conflit a faites émerger ?

Avez-vous mis en place un système de suivi/monitoring de la situation sécuritaire des zones de déploiement de vos expatriés ?

Avez-vous mis en place un système pour informer vos expatriés d'une situation qui pourrait les impacter ?

Vous devez répondre à toutes les questions avant de passer à l'étape suivante.